L’Immeuble Yacoubian, A.El Aswany

image1

L’Immeuble Yacoubian : c’est un roman polyphonique qui se déroule en Egypte.

L’auteur y décrit un certain mode de vie, les habitants et leur vie .
Dans ce petit monde là, on aperçoit l’ambivalence de la société égyptienne entre occidentalisation (‘modernisme’ ?) et l’esprit conservateur, traditionnel. On suit les tentatives d’émancipation de certains protagonistes, la volonté de sortir de la pauvreté pour d’autres. Ou encore, une lutte contre la corruption.
Mais on voit aussi la montée de l’intégrisme religieux, le désespoir de certains et la quête d’une satisfaction chez d’autres.
A cela se mêle une confrontation des générations : ceux qui ont connu les européens, ceux qui ont soutenus Nasser, ceux qui veulent d’une Egypte traditionnelle, ceux qui veulent quitter leur pays … Pour certains protagonistes, c’est  » Pays de haine, je t’aime » et pour d’autres,  » Pays, d’amour je te hais ».

Alaa El Aswany peint l’homme, sans artifice. La quête d’un bonheur, le pouvoir de l’argent, les remises en questions, l’espoir, le courage, le désespoir et fait une belle déclaration d’amour à ce pays.

Ce qui m’a beaucoup touchée ou parlée peut être c’est cette ambivalence qui répond à la confrontation des générations.
Peut être parce que je connais des gens qui ont quitté leur pays d’origine pour leurs études, leurs femmes, l’avenir, l’espoir, que sais-je… et qui entretiennent cette relation d’amour/haine à leur pays.

A l’heure où tout va vite, les pensées bougent, évoluent à une vitesse si grande que la question se pose :

Comment peut on se construire une identité  quand on se retrouve 
confronter à nos pères ( paires) ? 
Publicités

2 commentaires

  1. […] Celui-ci, c’est ma mère qui me l’a offert pour un anniversaire. Je voulais découvrir des auteurs arabes, un monde inconnu alors pour moi, et toujours mal connu à ce jour. Je n’ai pas lâché ce livre, impossible. Tout était nouveau, les mots, l’expérience des personnages, le roman polyphonique, les histoires croisés et l’impression de comprendre certains traits de caractère de mon père. Toutes ces choses ont laissé en moi, un souvenir impérissable. J’en parlais là. […]

un petit mot? une bavouille?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s