en passant Eric-Emmanuel Schmitt

banner-portrait

Hello cats,

Il faut être honnête, ça m’avait manqué de ne plus écrire.

Et je suis super contente d’écrire pour vous parler d’EE. Schmitt !

Les derniers romans que j’ai lu de lui sont : La femme au Miroir et La secte des Egoïste.

Eric-Emmanuel Schmitt est diplômé de l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm, une voie de plus après la prépa….

Après l’expérience d’un voyage dans le désert du Hoggar,  il rencontre la foi. Honnêtement, ça peut paraître très étrange et beaucoup pense que « le savoir/la connaissance » chasse la foi …et je crois que pour certains, bien au contraire, c’est le chemin de la rencontre avec la foi.

J’ai connu cet auteur suite à mon cours de litté au lycée, la prof nous avait fait lire ‘La Nuit de Valognes’, sa première pièce parue en 1991. Puis j’en ai lu d’autre beaucoup…théâtre, roman, nouvelle …. EES est partout!

Ce que j’aime dans ces différent écrits, c’est une sorte de douceur. La lecture est facile, les mots nous portent au fil des pages. Rien n’est agressif dans la lecture, et certains écrits sont des hymnes au bonheur, à la tolérance, à l’amour – et l’amour de soi.

Étonnamment, je pense que c’est un sujet qui est difficilement traité et abordé. Cela peut très vite tourner narcissique et tripe ego-centré,. Mais non, il s’agit de vivre avec soi .

Niveau théâtre on peut lire:  Variations énigmatiquesLe Libertin, Hôtel des deux mondes, Petits crimes conjugaux, Mes Evangiles, La Tectonique des sentiments, Kiki Van Beethoven….

Pour être honnête, j’en ai lu pas mal et il y’a un côté populaire, certes mais aussi une capacité à faire surgir du quotidien, le singulier.

Il a aussi écrit  le Cycle de l’Invisible, six récits, sur l’enfance notamment : Milarepa, Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran, Oscar et la dame rose, L’Enfant de Noé, Le sumo qui ne pouvait pas grossir et Les dix enfants que madame Ming n’a jamais eus.

C’est à la lecture de ce cycle de récits que je me suis arrêtée sur la douceur de son écriture.

Mais il a écrit des romans comme La Secte des égoïstes, qui est surprenant mais aussi Lorsque j’étais une œuvre d’art, qui est très très bon et qui est une sorte de variation sur le mythe de Faust ou encore des romans du type Ma Vie avec Mozart, qui est une autofiction dont les titres musicaux accompagnent merveilleusement bien la lecture.

Dans un autre article,  je vous avez parlé d’ Ulysse from Bagdad, une épopée qui s’interroge la condition humaine. 

D’autres écrits encore, dont je ne parle pas….qui sont tout aussi intéressant. EES est un écrivain prolifique à découvrir d’urgence pour ceux qui ne connaissent pas !

 

Publicités

un petit mot? une bavouille?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s