Les Atelières, cette voie qu’on ne suit pas !

images5

Il y a maintenant plus d’un an, je mourrais d’envie de faire une thèse sur l’économie sociale et notamment les SCOP et les SCIC mais le destin en a voulu autrement et cela ne s’est pas fait.

Pourtant, c’est quelque chose qui me tient à coeur. Une idée de l’entreprise qui m’intéresse énormément. Ce qui a provoqué cet engouement chez moi ? C’est notamment l’histoire des Atelières.

C’est quoi me dîtes vous ?

Connues sous le nom des ex-Lejby, Les Atelières sont ces personnes qui n’ont pas voulu laisser tomber leur travail, leur vie, leur savoir-faire historique lorsque Lejaby a souhaité licencier à tour de bras. Il s’agit d’un atelier de façonnage haute-couture de lingerie notamment qui se trouve à Villeurbanne (Grand Lyon).

L’atelier compte 26 personnes dont 22 couturiers et couturières qui après une longue histoire à ouvert ses portes en Janvier 2013. Cet atelier est un SCIC fondée en 2012 par neuf personnes.

Qu’est-ce qu’une SCIC ?

Sur le plan juridique, la SCIC est une entreprise de forme SA ou SAS dont les membres associés au capital sont de toutes natures : les salariés, certes, mais  aussi toute partie désirant s’impliquer dans le projet : clients, bénévoles, collectivités territoriales, partenaires privés, etc… et dont l’objet social est nécessairement la finalité sociale ou environnementale.

index5Ce qui est très émouvant, c’est cet engouement citoyen pour sauver se savoir faire français, cette structure, ces emplois.

La France était en avance sur son temps, avait quelque chose de supérieur et de beau. La France était à un tel point de civilisation qu’elle avait intégré en elle les principes de solidarité. Mais depuis quelques années déjà, on flingue se principe à coup d’assisté et autre terme négatif. L’exception française, c’est peut être ça, être solidaire, se tenir les coudes, s’entre-aider.

Le projet de cette SCIC, la motivation des salariées me parlent. Et quand, aujourd’hui, à nouveau elles font la une des JT parce qu’elles courent à un dépôt de bilan par manque de trésorerie car les banques ne veulent pas suivre. Je suis triste, émue et révoltée.

Qu’on nous parle de crise alors que le frein à notre essor n’est autre que les banques. Qu’on s’étonne que les plateformes de crowfounding connaissent un tel succès !

Le français est bon, le français est solidaire et crois en ces capacités! Des projets comme le slip français par exemple, on parlait à beaucoup de monde et a créé une véritable émulation autour du 100% français, ce nouveau chic.

Au delà, du chic, il s’agit avant tout d’être citoyen et de s’entre-aider, car il n’y a pas à dire ça en vaut le coup ! Et puis, à l’heure où l’on nous parle de licenciement économique, de crise, cette reprise de l’activité par des salariés, courageux, motivés, n’est-ce pas une alternative ? Un début de solution ? N’est-ce pas une voie à écouter?

Et je suis révoltée, que l’on fasse de la thune  » sur le 100% français » avec notamment un documentaire sur Canal + ( surement intéressant, cela dit), les anciens « feuilleton de France 2 » alors qu’on est pas foutu d’aider le 100% français quand il en a besoin !

Les Atelières ont un carnet de commande rempli, elles ont du boulot, il ne leur manque que de la trésorerie. On peut aider les Atelieres en participant à la souscription à hauteur de 10e ou en achetant un ou plusieurs titres participatifs d’une valeur de 100e. Vous pouvez les aider ici : http://www.lesatelieres.fr/nous-aider/

Vous pouvez retrouver leur site ici : http://www.lesatelieres.fr/

 

Publicités

un petit mot? une bavouille?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s