Ecrire, Marguerite Duras

duras

« C’est l’inconnu qu’on porte en soi: écrire, c’est ça qui est atteint. C’est ça ou rien. »

Plusieurs jours que je n’avais pas écris. Plusieurs jours que je n’avais pas écris sur un livre que j’ai lu. Ce n’est pas que j’ai arrêter de lire, bien au contraire. Je lis mais différemment en ce moment, à cause du concours qui approche à grand pas. A cause des conseils de classe et des réunions parents/profs.

« Mais quand même, quelque part dans le monde, on fait des livres. Tout le monde en fait. »

Mais je devais écrire sur Écrire. Étrangement, cela est très difficile pour moi d’écrire cet article et cela pour des raisons tout à fait obscures. Par obscures, j’entends irrationnelles.

« On écrit sans le savoir ».

J’aime M.Duras, pour moi, c’est un pilier de la littérature. C’est une révolution. Je l’ai d’abord rencontrée au lycée en lisant l’Amant. Mais je ne comprenais pas encore l’enthousiasme de mon professeur de l’époque. Je n’avais pas compris. Et puis, je l’avais oubliée.

« L’écriture c’est l’inconnu. Avant d’écrire on ne sait rien de ce qu’on va écrire. Et en toute lucidité. »

Et en prépa, elle est réapparue. Nous étions en fin d’année, dans une salle qui n’était pas celle où nous avions habituellement cours. C’était la première année, nos salles étaient plus ou moins en travaux. M.G nous montra des extraits d’interview de Marguerite. Cette voix, ce verre et cette cigarette interminable.

« Il y a une folie d’écrire qui est en soi-même, une folie d’écrire furieuse mais ce n’est pas

pour cela qu’on est dans la folie. Au contraire. »

Il y a également ces mots, ses phrases…je voulais tout réécrire, tout citer, tout vous donner. Je cite les phrases et passages qui font échos en moi, de façon générale. Avec Marguerite, c’est plus compliqué. J’entends sa voix raisonner, j’entends ses mots. Je crois que c’est difficilement concevable, mais pourtant.

« L’écriture c’est l’inconnu. Avant d’écrire on ne sait rien de ce qu’on va écrire. Et en toute lucidité. »

marguerite_duras_ecrire

Alors que dire?

C’est une façon d’aligner les mots propre à elle. C’est une façon de se livrer et de rentrer dans la tête de la femme. C’est une pensée. Ses personnages sont vivants. Ils existent, elle en parle comme de ses voisins. Même mieux. Sa vie d’écrivain et sa vie de femme se superpose. L’un ne peut être sans l’autre. Ce sont des mots et une solitude extrême, parfois violente.

Alors la question : M.Duras pose-t-elle? Est-elle sincère ? Nous donne-t-elle ce qu’elle veut que nous gardons d’elle ou ce qu’elle est réellement? Peut-on croire que M.D, c’est cela? Elle le dit, sa vie c’est écrire alors Écrire est-ce son autobiographie la plus « sincère »?

« Écrire c’est tenter de savoir ce qu’on écrirait si on écrivait – on ne le sait qu’après – avant, c’est la question la plus dangereuse que l’on puisse se poser. Mais c’est la plus courante aussi. »

Publicités

un petit mot? une bavouille?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s