La question du sens.

InstagramCapture_47efdd70-947e-46bc-8d51-3b85eb868519_jpg

C’est une question qui se pose, souvent. Du moins, de façon régulière, j’implose. QUEL SENS ?

J’ai envie d’hurler, j’ai envie de scène d’hystérie à me griffer le visage : QUEL SENS, BORDEL?

Cette question, trotte. Le sens de la vie. Pourquoi? Ou vais-je?

Je crois que cette implosion vient de l’inadéquation entre ma vie et mes attentes. Et pourtant, j’aime mon métier et je me donne à fond. Je donne tout, je donnerai tout à mes élèves. Je les aime, par principe, par instinct.

Pourtant, je ne souhaite pas que ma vie soit rythmée par ce beau métier. Il n’est pas le sens de ma vie. Je veux dire, la vie n’a pas de sens. Elle n’est qu’une succession d’instant et de choix. Nous, nous cherchons à lui donner du sens, elle doit vouloir dire quelque chose, signifier quelque chose. Nous ne supportons pas d’être insignifiants.

InstagramCapture_aaa64b4c-586b-41dd-808a-6d78c26e2888_jpg

Nous cherchons sans arrêts à ce que nos actes aient un sens, une signification. Au moins pour soi, pour se justifier auprès des autres. S’inclure ou s’exclure.

Cette quête est peut-être ce qui a remplacé la quête de la rédemption nous ouvrant les portes du paradis. L’homme est plus que jamais ancré à la Terre.

Plus terre à terre, tu meurs.

L’élévation ne passe plus par la spiritualité ancestrale, conçue par la religion ou ce type d’approche. L’élévation semble passer par une succession de principes et d’idéaux aux impacts concrets sur notre environnement quotidien.

De fait, plus que jamais, ce qui nous intéresse et ce qui fait sens, sont la Terre et l’Homme. Je retrouve également cela à la maison de la presse en bas de chez moi. Le nombre de magazine « bien-être » et autre conseil pour retrouver le bonheur, retrouver la connexion avec son « soi » ou autre, ne cesse d’augmenter. Le nouvel or, c’est notre bien être.

Parfois, je me dis que c’est enfin la conscience que nous sommes éphémères qui nous amène là. C’est-à-dire une conscience de la mort, d’une fin certaine de notre espèce. L’immortalité n’a plus de sens ni de référentiel. Le monde disparaîtra.

PS: Pourquoi ces photos? Parce qu’aujourd’hui, si on me parle du sens de ma vie, je répondrai que c’est de s’occuper de Zaza, le chat sourd.

Publicités

un petit mot? une bavouille?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s