La nouvelle vie d’Arsène Lupin – Goetz

Que dire? Grosse déception. Mais alors, grosse grosse déception.

TRISTESSE

IMG_0384La nouvelle vie d’Arsène Lupin, est pour le coup une véritable nouvelle vie. Cela n’a rien à voir avec celui de Maurice Leblanc que le lecteur espère retrouver à travers ces pages. Impossible. Tout est trop gros, rien n’a de sens . C’est terrible. Les liens faits ne sont pas convaincants et pire encore, on s’ennuie. On ne doit pas s’ennuyer avec Arsène. On ne le voit que manipulateur sans but précis. Un gentleman qui « a ses hommes », ces entrées, qui peut divulguer son identité sans problème, qui se moque de tout et tout le monde. Arsène est un Robin des Bois des temps modernes (Mais non, pas Matt Pokora) dont le vocabulaire ne lui est pas spécialement approprié et qui semble manipuler le monde depuis toujours. Si bien que son « altruisme »; sa volonté d’être juste, ne semble qu’un faire valoir de sa personne, un égoïsme.
On ne comprend pas son retour si spectaculaire ni le sens de ses frasques. Cela a quelque chose d’approximatif.
Entre autre, on perd le panache légendaire, celui qui nous a séduit quand nous étions enfants.
A l’heure où la question du temps est primordiale voire anxiogène, tout est trop rapide dans ces histoires. Et le temps, perd de sa saveur. Alors que Goetz écrit un passage sur les réseaux sociaux et les doubles vies etc… Arsène Lupin apparaît comme un ado attardé, certes intelligent et brillant. Un mec en adéquation parfaite avec son temps.
Ce qui est le plus genant, c’est cette quête de lien lassant entre Arsène Lupin et celui de sa nouvelle vie. L’éternité, la réincarnation, un fil conducteur gênant donc. Et lourd. Le lien continu entre tous les personnages. C’est gros et fade.
Éternité n’est pas  pérennité.
J’aime Arsène Lupin mais le mettre comme ça, au centre de tout, lui donner une vie « avant » ses aventures pour lui attribuer le don d’immortalité. NON. Comme si Goetz cherchait une légitimité à son Arsène, mais s’il ne se sentait pas légitime, il ne fallait pas écrire. Pas comme ça.
Voilà, je suis tristesse car j’avais réellement envie d’aimer ces nouvelles histoires mais non. Est-ce mon amour d’enfant pour les romans de Maurice Leblanc qui m’empêchent d’apprécier cette réécriture? Ou est-ce le résultat décevant face à la tâche entreprise?
Publicités

Un commentaire

un petit mot? une bavouille?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s