Bribes de vie

Informer, S’informer, déformer?

IMG_2700

Avant d’avoir été happée par l’enseignement, je voulais être journaliste. J’ai toujours aimé écrire, et il me semblait que c’était le métier adéquat. Journaliste d’information, d’investigation. Faire des enquêtes, déceler des mystères et chercher la vérité. J’ai laissé seule, mon amie Fanny sur ces chemins et j’ai changé de voie.

Mais quand je vois, les chaînes d’informations en continue, les journaux et leurs articles pathétiques, je ne regrette pas. Comment l’aurais-je supporter ?

Faire du fric encore et toujours, faire des articles qui se vendent. Des titres tapageurs, racoleurs …. Fabriquer des idiots,  ne plus informer mais déformer. Fabriquer des idiots, surtout.

Et je ne parle pas des journaux marqué par un parti pris « politique »…puisque aujourd’hui, l’idéologie politique n’a plus de sens dans la presse, et que seul le nombre de tirage et le fric fait a un impact.

Un discours bien rageux ? A l’heure où l’on nous bassine que la presse est en déclin, je me dis que c’est bien fait. Peut-être les gens ne sont pas aussi stupides qu’on nous le donne à croire, peut être ne souhaitent-ils plus donner un rond dans un papier insipide? Mais s’offrir des journaux spécifiques sur tel ou tel sujet, qui informe, instruit, qui apporte quelque chose.

Autre chose que le nombre de voix nationales du FN à une élection régionale. Autre chose que la vente de la peur. Autre chose que l’apogée de la haine et du mépris de l’autre.
« Informer, S’informer, Déformer », c’est un angle d’attaque dans les nouveaux programmes de français, pour les 4ème. Comment vais-je expliquer l’importance d’être critique à mes élèves, de se forger un avis personnel alors que le reste du monde les prend pour des désœuvrés écervelés à qui l’on peut vendre des produits télévisés merdiques?
Peut être qu’un jour, encore, les journaux télévisés seront obligés de prendre en compte nos envies. Plutôt que de nous bassiner avec des informations vide auxquelles ils font dire tout un tas de choses. Peut être alors laisseront ils la place à de l’investigation, à de véritable personnes qui pensent, qui ont un avis construit, solide et qui sont sur un plateau pour porter et partager leurs pensées plutôt que pour aligner trois pauvres punchlines, réac de préférence.

Parce que nous ne sommes pas des idiots et que je n’ai pas envie que nous le devenions par ingurgitation forcée de leur soupe immonde et prédigérée, j’ai envie de croire que nous sommes encore capable de critiques. Non pas de critiques hâtives et nauséabondes parce que ça fait bien et que c’est dans l’air du temps, mais de critiques construites, évolutives.

Que l’on me dise que les gens n’ont pas le temps de réfléchir ! Mais qui a dit qu’il fallait que ce soit instantané ?

Bonne journée, les chatons !

Publicités

2 réflexions au sujet de “Informer, S’informer, déformer?”

  1. Je partage ta révolte contre une certaine conception des médias, y compris en presse écrite, mais quant à savoir si ce que les gens veulent c’est de la « bonne information intelligente », pas si sûre… Si ça se vend mieux avec des titres racoleurs, c’est que les gens ACHETENT ça, si le JT qui cartonne le plus est celui qui présente Mme Michu et son repas de midi c’est parce que les gens PREFERENT regarder ça que des JT plus intelligents sur d’autres chaînes (qui existent), si Le plus grand cabaret du monde fait infiniment plus d’audience que le meilleur docu sur France 5 ou Arte, c’est parce qu’au fond les gens n’ont pas si envie d’être intelligents que ça… Du temps disponible pour coca-cola : il n’avait pas tout à fait tort… Ma résistance – personnelle, comme toute résistance – c’est d’aller chercher la meilleure information, d’aller là où c’est long, fouillé, parfois difficile. Mais tout le monde n’est pas prêt à cette résistance intellectuelle…

    1. C’est sur que c’est plus facile…mais est-ce vraiment de notre faute si à force de déprécier « l’intello » et ce qui est intelligent pour favoriser l’amusement et le futile, les gens se pensent « trop » bêtes ?
      Il y a certes une grande « flemme » générale, parce que c’est beaucoup plus simple de ne pas se casser la tête… mais plus personne ne fait l’éloge du savoir sans prôné élitisme à son sommet. On peut avoir envie de connaître et de savoir sans être forcément polytechnicien …les gens perdent le goût de l’effort parce qu’on nous bourre le crâne de l’idée que c’est inutile. ( alors que consommer…ça c’est bien, c’est utile et ça rend moins con ….–« ) ( Pourtant, je suis une grosse consommatrice)

      Je sais bien que tout le monde n’est pas prêt à une résistance intellectuelle ( le faudrait-il?) mais je suis sure que beaucoup en on marre d’être pris pour l’idiot du village.

un petit mot?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s