Lettre à Monsieur Valls, pour les citoyens de seconde zone

Armoiries_troisieme_republique_francaise
Cher Monsieur Valls,

Il y a plusieurs semaines, je vous aurais appelé « Manu », comme les camarades socialistes. Les copains avec qui nous partageons une vision plus ou moins commune de la vie politique, avec qui nous partageons de « grandes valeurs » communes.

Seulement voilà, la déchéance de nationalité pour le bi-nationaux est apparue dans votre langage. Je vous avoue que je me suis d’abord dit que c’était une blague, une stratégie politique pour récupérer des voix électorales à droite, pas à gauche.

Et puis ce matin, dans un article de presse, je vois votre obstination ! Je vous avoue que cela a bien pourri ma journée.

Savez-vous ce que c’est d’avoir une double nationalité? Sûrement, vous nous en parlez. De ce choix de la France, même votre soeur en parle dans son livre. Savez-vous ce que c’est que d’être issu de la mixité culturelle ? D’avoir maman d’un pays et papa de l’autre ? Savez-vous comme cela est difficile lorsque nous nous construisons ?

Chercher ses repères, être trop ceci « pour être française », être trop cela pour être acceptée dans son autre pays? Si ce n’est l’amour familial et inconditionné, savez-vous comme cela est difficile de se construire enfant en acceptant d’être 100% deux cultures, deux pays ? Avoir peur d’aimer plus un pays que l’autre, avoir peur de peiner un de ses parents, avoir peur d’oublier, avoir peur de ne pas savoir transmettre cette richesse, être blessée deux fois plus facilement, défendre deux pays sans se diviser. Grandir sans être vraiment « typée » comme mes frères et soeurs car c’est cela la génétique. Je ressemble à ma tante paternelle avec le teint de ma mère. Apparemment, même la génétique a travaillé pour moi, pour être un mélange parfait. Ne choisir ni papa, ni maman. Savez vous combien j’ai souffert? D’être trop blanche pour que l’on me croit de prime abord lorsque je parle de ma mixité culturelle ? Lorsque j’entends « mais noooooon mais c’est pas ta soeur ! » De ne pas avoir un nom à consonance française et un prénom, mélange là encore de mes deux cultures? Combien j’ai souffert et je souffre encore du délit de faciès dont sont victimes mes frères et soeurs alors que je n’en ai jamais souffert moi-même car « je n’ai pas le style ». C’était si complexe, j’avais si peur que l’on pense que je choisisse ou papa ou maman, que je voulais partir vivre à équidistance de mes deux pays de coeur. Parce que l’on réfléchit ainsi, enfant. Avec le coeur sans la raison.

Et encore aujourd’hui, après m’être battue pour la reconnaissance de mes deux cultures, je continue mon combat. Parce que je veux qu’on sache la chance que j’ai eu même si cela a été difficile. Parce que je veux montrer au monde entier combien j’ai eu de la chance, parce que je ne veux pas faire le choix ou de papa ou de maman. Et parce que je suis femme et que la France me l’autorise, je veux garder mon nom de famille. Symbole de cette bi-culture, symbole de mon exotisme. Et parce que je ne veux pas que cela se perde, parce que c’est le combat de ma vie, je veux que l’enfant que je porte est un prénom mixte. Un prénom qui se porte aussi bien ici que là-bas, parce que je ne veux pas choisir, je veux partager..

Et pourquoi aujourd’hui, je suis engagée politiquement ou dans le monde associatif? Parce que je voulais me battre pour l’égalité de tous, parce que ma richesse a fait mon humanité. Je me suis engagée au MJS en 2007, puis la fac et surtout la prépa m’a éloignée de tout cela et une fois mon diplôme empoché, je suis retournée prendre ma carte, au PS et au MJS. Et aujourd’hui, je crois que je vais quitter le navire.

Vous voir m’expliquer que parce que certains de nos terroristes ont une double nationalité, on va pouvoir les déchoir de la nationalité française. Quelle ignominie ! Nous expliquez que comme ils en ont deux, on peut leur en enlever une. Mais pour nos terroristes, le terreau qui les bâtit est souvent le notre.. Notre bonne France, notre pays, nos institutions. C’est si facile de pointer la double nationalité quand la faute nous revient. Combien se sont radicalisés sur notre territoire? Dans nos prisons? Où est passée la grandeur de la France, l’article 1 de notre chère constitution  » La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée. » ?

Cela est lâche, bien lâche. C’est un aveu de faiblesse.

Cela signifie donc que les binationaux contrairement aux personnes qui n’ont qu’une seule nationalité, ne sont pas égaux devant la loi. Cela signifie que même si je ne suis pas terroriste mais professeur de l’Ecole de la République, ma citoyenneté vaut moins que celle d’une personne qui n’a qu’une nationalité. Que ma nationalité française vaut moins que celle de mon conjoint, que je ne suis pas son égale. Je ne le supporte pas.

Pensez-vous que cela va régler votre problème ? Ne va pas exacerber les haines ? Les frustrations ? Car demain, je comprendrais les provocations de mes élèves, leurs revendications voire leur extrémisations. On leur renvoie à la gueule qu’ils ne sont pas comme les autres. Se sont, comme moi, des citoyens de seconde zone.

Parce que mon premier combat a été contre le FN, j’en connais le programme. Parce que je pleure de rage depuis 2002 à chaque élection, parce que j’ai peur pour ceux que j’aime. Votre déchéance de nationalité pour les « terroristes » me semble tout droit le fruit de leur programme ou du moins, une porte d’accès facile à cette ignominie :

« – Suppression du droit du sol et réforme en profondeur du code de la nationalité française afin que l’acquisition de la nationalité ne soit plus une simple formalité administrative : être français est un honneur. La naturalisation se mérite et doit être soumise à des conditions strictes de présence paisible et prolongée sur le territoire, en situation légale, de maitrise de la langue française et de preuve d’assimilation. Plus généralement la double nationalité ne sera plus autorisée en dehors des cas de double nationalité avec un autre pays de l’Union européenne ; les personnes concernées seront amenées à choisir entre les deux nationalités.  »

Choisir entre mon père et ma mère? Choisir une moitié de moi et abandonner l’autre ? Jamais.

Je suis furieuse Monsieur, furieuse et trahie.

Je ne vous salue pas, je ne pense pas être capable à nouveau de vous défendre. J’ai seulement l’espoir que les élus de notre République fassent le bon choix, le moment venu.

Publicités

un petit mot?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s