Bribes de vie

Être en phase ou pas

Je ne sais pas vraiment pourquoi mais j’ai cette sensation, souvent étrange, de ne pas être en phase avec le monde qui m’entoure, de ne pas le comprendre ou d’être seulement « à côté ».

Il y a quelques mois, je me serais probablement demandée pourquoi les flashs infos de 24h sur Bruxelles me tapaient autant sur le système. J’aurais probablement mis le drapeau de la Belgique sur la bannière de mon profil Facebook.

Et je ne l’ai pas fait et je sais pourquoi. Je ne suis pas Bruxelles, je ne suis pas Charlie, je ne suis pas Paris… D’ailleurs, je n’ai pas vu fleurir sur les réseaux sociaux des #jesuisInstabul ou des #jesuisBurkinafaso ou quoique ce soit… C’est en parti une des choses qui m’angoissent. Après tout, ces réactions nous montrent qu’il y a une sorte de nivellement (inconscient ou conscient) dans les attentats, les victimes donc les Hommes. Des Hommes qui meurent à Istanbul valent apparemment moins que des Hommes qui meurent dans un aéroport de Bruxelles. Alors les Hommes qui meurent dans nos mers, je ne vous raconte pas, ils ont apparemment moins de valeur que mon chat, à l’heure actuelle.

Quand on voit que l’Union Européenne a signé un accord avec la Turquie sur les migrants qui arrivent en Grèce et qu’on peut donc lire «  Par ailleurs, pour un Syrien renvoyé en Turquie, un autre Syrien, resté dans les camps de réfugiés en Turquie, sera envoyé en Europe grâce à un corridor humanitaire.[…] En échange de ce mécanisme « Syrien contre Syrien », l’Europe versera 3 milliards d’euros, en plus des 3 milliards agréés fin 2015, pour aider les Syriens de Turquie. Et elle a promis une levée accélérée du régime des visas pour les Turcs, d’ici à la fin juin 2016. A condition qu’Ankara respecte scrupuleusement les 72 critères identifiés par la Commission. »
Comme un genre de marchandise, on s’échange des Hommes et du fric. C’est à vomir, je ne suis pas en phase avec ça. Je ne peux pas comprendre ces accords parce que je suis désolée, mais d’une certaine façon ça me rappelle des cours d’histoire sur des heures pas vraiment glorieuses en Europe…

Je ne suis pas les victimes de tous ces actes terroristes monstrueux. D’ailleurs, on ne peut pas être un mort, c’est antinomique. Je n’en peux plus de tous les dessins niaiseux, des bons sentiments. C’est une belle intention mais c’est une aliénation de l’esprit, la résistance à l’horreur ce n’est pas de s’abaisser à faire le dessin le plus cute du monde pour avoir une quelconque notoriété. Sinon, on sort les licornes et les Bisounours et c’est réglé. Putain, nous ne sommes pas cons, la com’, le fric et la politique, nouveaux piliers d’une religion ( qui compte bien plus de morts que les religions que nous pointons du doigt): asservissement et stupidité ! Ce ne sont pas de leurs icônes dont nous avons besoin, c’est de l’espoir.

Je suis plutôt du côté des survivants, des vivants. Du côté de ceux qui sont là et voient le monde partir en vrille. De ceux qui vont devoir se battre avec les moyens de l’humanité : la foi, par exemple.
Pas nécessairement la foi religieuse ( bien que la Religion n’ait jamais été pro-violence… ce sont seulement les hommes qui en ont fait une idéologie politique qui l’ont dévoyée). Je suis de ceux qui croient en l’homme et en sa capacité à être bon. La foi en l’humanité. Je suis en phase avec les bénévoles, avec les gens qui veulent aider, les gens qui souhaitent seulement que tous les Hommes soient égaux et vivent dans les meilleurs conditions possibles. Les gens qui veulent aider sans distinction d’origine, de pays, sans niveler la misère. Les gens qui veulent venir en aide à ceux qui sont en détresses peut importe comment.

Voilà, je suis en phase avec les vivants, ceux qui aiment la vie et qui ont compris que chaque vie est unique, chaque vie est une chance. Ceux qui n’ont pas peur pour eux avant d’avoir peur pour les autres, parce que la peur est nocive et qu’on ne vaut pas mieux qu’un autre. Ceux qui refont le monde, qui espèrent, qui sont généreux, qui donnent, qui aiment et qui souffrent pour les autres.

Est-ce que j’ai peur pour ma fille ? Absolument pas, je lui parlerai des oiseaux, de l’amour, des autres, du monde. J’ éloignerai la peur et lui apprendrai l’espoir et la foi en demain, parce que c’est comme ça que je combats les idéologies noires qui nous entourent. Je l’aiderai à cultiver sa propre personne.

 

Avec toute ma bienveillance,

Bonne journée.

 

Publicités

un petit mot?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s