Bribes de vie

« Tu es une maman qui déchire »

Je suis de retour après une semaine au Maroc en famille où j’ai amené ma fille avec moi. Du haut de ses trois mois, elle a pris l’avion deux fois sans pleurer. Je suis super fière de cette petite bouille merveilleuse.

La maternité n’a jamais été une question. J’aurais des enfants, c’était une évidence. Évidemment, pendant une longue période j’ai tu cette évidence. Parfois, je disais que je m’en foutais d’avoir ou non des enfants. Et d’autres fois, en secret, je me disais que je n’en aurais pas car je ne pourrais pas rivaliser avec ma maman et que ce serait trop dure de faire aussi bien.

Et puis, je suis tombée enceinte et les évènements se sont enchaînés. Et s’il y a bien une chose qui m’a frappée, c’est ce besoin que j’ai que l’on me dise que je suis une « bonne maman », que je fais les choses bien. Est-ce parce que je suis solo ? Est-ce parce que je n’ai jamais vraiment eu confiance en moi? Est-ce parce que toutes les mamans se posent des questions?

Et elle est arrivée avec sa bouille d’amour. Mon portrait craché, il parait. Perso, je trouve qu’elle s’auto-ressemble mais je dois avouer que ça ne me dérange pas qu’on dise qu’elle me ressemble. Et même si j’ai toujours fonctionné sans me poser de questions, une sorte de feeling des choses malgré certaines peurs, secrètement je souffrais du fossé entre « ma vie d’avant » et ma vie de maman. Par ma vie d’avant, je voulais dire avant d’être en couple et d’avoir un enfant. Et cela, je sais que c’est parce que je suis seule et que j’ai tout à reconstruire. Sans rougir, je peux l’affirmer, c’est toujours plus simple de reconstruire sa vie quand nous n’avons pas d’enfant, cela implique moins de choses. Reconstruire avec ses copines, sortir à pas d’heure, refaire le monde, parler d’autres choses que de biberons, parler de mec, se sentir femme, voyager, bouger, toutes ces choses sont simples seule mais plus difficile avec un petit être de quelques mois.

Heureusement, dans la vie, certaines personnes croisent votre route même virtuellement et la vie est soudain plus facile. Cette personne, c’est M. Je vous en ai déjà parlé : même accouchement  la veille du mien, quasi-même âge, même amour de la langue espagnol, même amour pour le gouda au cumin… Bref, une tonne de points communs. M, c’est une maman qui déchire, qui s’occupe de son fils, qui se bouge pour bosser, qui a toujours le mot pour rire et qui est capable de te dire  » T’es une maman qui déchire » quand tu lui dis que tu as acheté et de la crème solaire et du lait après soleil la veille de ton départ au Maroc.

Partir loin de chez soi, je l’avais fait en juin et même si ce n’était pas forcément une évidence, j’en avais conclu que c’était faisable et que je pouvais faire pas mal de choses de ma  » vie d’avant ». Et partir là, au Maroc, c’était une autre paire de manches. J’avais peur, le père de ma fille réagissait mal et même si j’étais sure que c’était ce dont je voulais et que je n’avais pas le choix, j’avais peur que ce soit une « mauvaise décision de maman ». Alors M et ses quelques mots m’ont fait du bien.

Et le voyage au Maroc a fait du bien à ma fille. Elle a grandi, elle a dormi, elle a grossi, elle a mis les pieds dans la mer, elle s’est baignée dans une petite piscine avec son cousin, elle a vu ses cousins, elle s’est mise à babiller non stop, elle a joué avec doudou lapin,  elle a commencé à doubler ses gencives, elle a passé son temps à sourire, elle est un bébé heureux et je suis une maman qui déchire.

 

Besos.

Publicités

2 réflexions au sujet de “« Tu es une maman qui déchire »”

un petit mot?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s