Bonjour Tristesse – Françoise Sagan .

Il s’agit là d’un roman court qui raconte l’été des 17 ans de Cécile. Elle découvre les joies de « l’amour », s’émeut sur l’expression  » faire l’amour », l’éprouve, en parle avec Anne et pus elle refuse de grandir, de passer un cap, de prendre son envol.

« Vous vous faites de l’amour une idée un peu simpliste. Ce n’est pas une suite de sensations indépendantes les unes des autres […] C’est autre chose, disait Anne. Il y a la tendresse constante, la douceur, le manque… »

Son père, son héros, coureur émérite de jupon, veut se marier à Anne. Malgré la passion et l’admiration sans borne que voue Cécile à Anne, celle-ci voit d’un mauvais œil cette union. Elle est synonyme de la fin d’une vie : Cécile et son père écumant les bars, les soirées mondaines, voguant sur une vie sans attache.

« Une rupture lui coûterait moins qu’une vie rangée, il n’était vraiment atteint et miné que par l’habitude et l’attendu, comme je l’étais moi-même. »

Cécile met donc en place une machination qui la grise et la sort de son ennui mais qui la dépasse aussi. Évidemment, cela se termine tragiquement.

L’écriture est fluide, percutante parfois. On sent la chaleur étouffante de cet été dans la pinède. C’est une écriture imagée, une écriture de la sensations pour une histoire à « ressentir ». En effet, ce n’est pas tant l’intrigue qui est intéressante mais la façon dont la narratrice nous parle de son ressenti, de ce qu’elle vit en elle.

On retrouve également dans ce court roman la versatilité et les interrogations propres à cet âge : 18 ans. Cet âge où tout semble possible et impossible à la fois. Et l’amour? Nous n’y connaissons rien, jamais.

Pour être franche, je ne suis pas certaine de bien comprendre l’engouement pour ce roman précis. Il ne fera jamais parti de mes grands romans ou des romans que je conseillerai absolument …mais peut-être n’ai-je tout simplement pas compris?

 

Besos

 

Publicités

4 commentaires

  1. Comme toi, je n’ai pas compris comment ce livre a réussi à devenir ‘culte’. Le propos trouvait sûrement son public à l’époque, et la jeunesse de Sagan lors de la publication a du jouer dans son sens, mais pour ma part je n’ai pas été touchée plus que ça par Bonjour tristesse et je m’en suis même un peu ennuyée. Cela me semble être un bouquin qui a mal vieilli…

  2. Peut-être est-ce juste une question de moment… Quand ce livre a été publié je pense qu’il correspondait à une sorte « d’air du temps » qui fait qu’il a parlé à tout le monde, et qu’aujourd’hui, bien des années après il n’est plus « que » un roman agréable sans être absolument mémorable… Je crois beaucoup au fait que la rencontre avec un livre dépend aussi du fait de le lire au bon moment dans sa vie 😉

un petit mot? une bavouille?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s